Difficile de trouver un rendez-vous chez un dentiste de ville cette semaine. Du 12 au 18 juin, les praticiens se sont organisés pour faire entendre leur mécontentement. L’arbitrage de la Cour des comptes définissant les nouveaux tarifs des chirurgiens-dentistes, intervenu après l’échec des négociations entre l’Assurance maladie et les syndicats, ne leur convient pas. Vous pouvez savoir plus de lampe à polymériser sur www.athenadental.fr

Révoltés contre les nouveaux tarifs envisagés pour leur profession après l'échec de leurs négociations avec l'Assurance-maladie, plusieurs milliers de chirurgiens-dentistes, d'internes et d'étudiants appelés à la grève, se sont rassemblés vendredi à Paris pour "dire stop" à la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Un rassemblement avait débuté dans une ambiance bon enfant place Vauban, au milieu des fumigènes et au son des sifflets, pétards et fanfare, à l'appel des organisations de dentistes (FSDL, CNSD et Union dentaire), d'étudiants (UNECD) et d'internes en dentaire (SNIO).

Pendant quatre mois, les négociateurs ont planché sur un avenant à la convention des 37.000 dentistes libéraux censé revaloriser un certain nombre d'actes de base (détartrage, caries), en contrepartie d'un plafonnement des actes liés aux prothèses (couronnes...), plus rémunérateurs pour les professionnels. Un moyen, selon le gouvernement, de diminuer le renoncement aux soins pour raisons financières.

En plus des manifestations organisées à travers le pays, les dentistes en grève organisent des événements. Plusieurs cellules ont organisé, avec l’aide des professeurs d’universités, des programmes de formation pour se mettre à jour. Pour le grand public, des consultations rapides ont été mises en place dans des lieux publics et des dépistages ont été organisés dans des écoles ou des EHPAD.

Tous les syndicalistes dénoncent "une manoeuvre électorale" de la ministre qui a instauré la possibilité de recourir à un règlement arbitral dans le dernier budget de la Sécu, en cas d'échec de la négociation. Si la proportion de dentistes libéraux ayant transmis cette lettre devait atteindre 60 ou 80 % des professionnels du département, l’ensemble des demandes serait transmise. Les praticiens libéraux disposeraient alors d’un gros moyen de pression.

 

L'hygiène alimentaire pour la santé des dents