Jean-Paul Sicot, 79 ans, retraité. "Lorsque mon dentiste m’a proposé un implant, j’ai accepté malgré ma peur. Le jour de l’intervention, il m’a fait plusieurs piqûres, en vérifiant bien leur efficacité. Au bout de quinze minutes, il a pu commencer à extraire la racine. L’opération provoque des bruits un peu impressionnants. Le chirurgien-dentiste râpe, creuse et s’active autour de l’os afin de l’enlever. Il fixe une vis dans la gencive, elle doit être parfaitement verticale. C’est ici que la dent viendra s’ancrer. Pour finir, j’ai eu droit à quelques points de suture.  Le matériel dentaire est dispensable pour les dentistes, et le micromoteur dentaire est le plus important. 

En tout, l’intervention a duré un peu plus d’une heure, mais je n’ai pas eu mal. La première semaine après l’opération, j’ai suivi un traitement antibiotique pour éviter l’infection. Pendant quelques jours, j’ai également pris du paracétamol contre la douleur. Je devais éviter de manger du côté opéré et effectuer des bains de bouche régulièrement. Dix jours après, j’ai eu un rendez-vous de contrôle. Tout allait bien. Dans trois mois, je rendrai de nouveau visite à mon dentiste, pour fixer la dent. J’ai hâte de voir le résultat!"

Marie-Paule, 71 ans, retraitée. "J’ai un très grave problème au niveau de la mâchoire supérieure, depuis qu’une prothèse a été mal placée par un dentiste malveillant. Depuis quatre ans, je vis un enfer. Je souffre d’une parodonpathie aiguë. Mes dents se déchaussent et s’écartent sur les côtés. Cela demande une attention permanente, y compris d’accepter certaines contraintes: par exemple, porter mon appareil vingt-deux heures par jour, même s’il est plus discret que ce qui se faisait autrefois. Pourtant je complexe, alors que j’ai toujours veillé à mon hygiène dentaire, consciente de l’enjeu santé. Jusque-là, je n’avais eu aucun problème du genre.

Monique, 63 ans, elle est journaliste ."Je tiens à mes dents et je fais tout pour ne pas avoir de soucis avec. Lorsque j’étais petite, l’éducation à l’hygiène dentaire n’existait pas et, même si je me brossais les dents, je manquais de technique. Je mangeais aussi des bonbons et, l’hérédité n’aidant pas trop, j’ai fini par avoir des caries. À 20 ans, mon dentiste m’a parlé pour la première fois de fil dentaire. Depuis, je ne peux plus m’en passer, j’en utilise après chaque brossage. Et, il y a quinze ans, j’ai découvert la brosse à dents électrique que j’emploie matin et soir. 

 

Semaine Bucco dentaire